Les hommes insatisfaits de leur mariage ont un haut risque de mortalité prématurée, d’après une étude de l’Université de Tel-Aviv

D’après une étude menée par le Prof. Uri Goldbourt et le Dr. Yiftah Gapner du Département d'épidémiologie et de médecine préventive de l'Université de Tel-Aviv, et le Dr. Shahar Lev -Ari, Directeur du Département de promotion de la santé, l'insatisfaction dans la vie conjugale est un bon prédicteur d'accident vasculaire cérébral et de mortalité prématurée, avec des taux similaires à ceux du tabagisme et du manque d'activité physique. L’étude, menée sur plus de 30 ans, montre que le risque est plus élevé chez les hommes relativement jeunes (âgés de cinquante ans et moins). Selon les chercheurs, ces résultats sont conformes à ceux d’autres études démontrant l'intérêt des programmes d'éducation à une vie conjugale et familiale saine, dans le cadre d’une stratégie nationale de promotion de la santé dans la population globale.

Shahar Lev Ari croppedL'étude a été publiée dans le Journal of Clinical Medicine.

Les chercheurs ont utilisé des données statistiques provenant d'une étude à long terme, lancée dans les années 1960 par le Prof. Uri Goldbourt, qui a suivi pendant 32 ans les modèles de santé et de comportement de quelque 10 000 hommes israéliens, tous fonctionnaires, y compris les causes de décès, en particulier ceux par accident vasculaire cérébral.  

Plus important chez les jeunes

Les participants étaient âgés de quarante ans en moyenne au début de l’étude. Au fil des ans, 64% d'entre eux sont morts de maladies diverses. « Nous avons cherché à analyser les données accumulées au fil des ans selon divers paramètres, afin d'identifier les facteurs de risque comportementaux et psychosociaux qui peuvent prédire la mort par AVC ou le décès prématuré quelle qu’en soit la cause », explique le Dr. Lev-Ari.

Au début de l'étude, les participants ont été invités à évaluer, entre autres, leur satisfaction conjugale, sur une échelle allant de 1 (très satisfait) à 4 (pas du tout satisfait). À la surprise des chercheurs, l'analyse des données a révélé que ce niveau de satisfaction ou d’insatisfaction était un facteur prédictif de l'espérance de vie, au même titre que le tabagisme ou le manque d'activité physique. Par exemple, le nombre de décès par AVC était plus élevé de 69 % chez ceux qui avaient attribué à leur mariage un score de 4 (pas du tout satisfait) par rapport à ceux qui lui avait donné un score de 1 (très satisfaits de leur mariage): 40 hommes décédés s’étaient déclarés insatisfaits de leur mariage contre 24 qui s’en étaient déclarés très heureux.

L’écart de mortalité toutes causes confondues est de 19% en faveur des personnes mariées heureuses de leur vie conjugale : au cours des 32 années de l’étude, 295 hommes insatisfaits de leur mariage sont décédés pour raisons diverses, contre 248 parmi les hommes heureux de leur vie conjugale. Les chercheurs notent que ces écarts étaient encore plus importants chez les hommes relativement jeunes, âgés de moins de 50 ans au début de l'étude.

« Les hommes qui ont signalé un sentiment d'échec dans leur mariage sont morts plus jeunes que ceux qui ont vécu une vie conjugale réussie»

En outre, une analyse statistique de tous les facteurs de risque connus de mortalité par maladie cardiovasculaire, tels que le diabète, l'hypertension, un Indice de Masse Corporelle élevé et le statut socio-économique a également été effectuée. Là aussi, les chercheurs ont constaté que le risque relatif de mortalité globale était 1,21 fois plus élevé parmi ceux qui s’étaient déclarés insatisfaits de leur mariage par rapport à ceux qui s’étaient déclarés satisfaits, ces taux étant similaires aux données connues dans la littérature professionnelle concernant les fumeurs ou non-fumeurs.

« Nos recherches montrent que la qualité du mariage et de la vie familiale a des implications sur l'espérance de vie », conclut le Dr. Lev-Ari. « Les hommes qui ont signalé un sentiment d'échec dans leur mariage sont morts plus jeunes que ceux qui ont vécu une vie conjugale réussie. En d'autres termes, le niveau de satisfaction conjugale s'est avéré prédicteur de l'espérance de vie, à des taux similaires au tabagisme (fumeurs versus non-fumeurs) et à l'activité physique. Un risque plus élevé a été observé chez les hommes relativement jeunes, âgés de moins de 50 ans, alors qu'à un âge plus avancé, l'écart était moindre, peut-être en raison des processus d'adaptation du couple à la relation au fil du temps, Ces résultats sont conformes à ceux d’autres études qui ont démontré l'avantage des programmes d'éducation à une vie conjugale et familiale saine, dans le cadre d’une stratégie nationale de promotion de la santé pour la population globale. La satisfaction et la résilience conjugale doivent faire l’objet de la part des autorités de santé d’un investissement similaire à celui destiné à la prévention du tabagisme et à la promotion de l’exercice physique ».

 

Photo: Le Dr. Shahar Lev-Ari (Crédit: Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE
Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants
Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07 
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Soutenir l'Université