Les lampes LED à lumière ultraviolette peuvent détruire le coronavirus, d’après les chercheurs de l’Université de Tel-Aviv

Vers une révolution dans le domaine de la désinfection ? Le Prof. Hadas Mamane, Directrice du programme d'ingénierie environnementale de la Faculté d'ingénierie et chercheuse au Centre de nanosciences et nanotechnologies de l'Université de Tel-Aviv, a prouvé que le coronavirus peut être éliminé efficacement, rapidement et à faible coût par l’utilisation de diodes électroluminescentes (LED) à ultraviolets (UV). C’est la première étude au monde utilisant les lampes LED à rayonnement ultraviolet pour la désinfection des surfaces infectées par le coronavirus.

Hadas Mamane cropped 2L'étude a été menée en collaboration avec le Prof. Yoram Gerchman du Collège Oranim, le Dr. Michal Mandelboim, Directrice du Centre national pour la recherche sur la grippe et les virus respiratoires de Tel Hashomer, et Nehemya Friedman de Tel Hashomer.

Elle a été publiée dans la revue Journal of Photochemistry and Photobiology B : Biology.

« Le monde entier est maintenant à la recherche de solutions antiseptiques efficaces contre le coronavirus », dit le Prof. Mamane. « Le problème est que la désinfection par pulvérisation chimique des lieux publics comme les bus, les trains, les avions ou les salles de sport, nécessite de la main-d’œuvre physique. De plus, pour que la pulvérisation soit efficace, il faut laisser au produit chimique le temps d’agir sur les surfaces. Nous savons, par exemple, que les équipes médicales n'ont pas le temps de désinfecter manuellement les claviers d’ordinateurs des hôpitaux et autres surfaces, et le résultat est la contamination et le confinement qui en découle. Un système de désinfection basé sur des ampoules LED pourrait pallier tous ces inconvénients. Il pourrait, par exemple, être installé dans les systèmes de ventilation et de climatisation, afin qu'ils désinfectent l'air qu’ils aspirent qui serait rejeté vers l'espace de la pièce après purification ».

99,9% des germes tués en moins de 30 secondes

Les rayons ultraviolets sont utilisés depuis longtemps pour combattre les bactéries et les virus. La plupart d'entre nous connaissons ces ampoules germicides dans les purificateurs d'eau potable, tels que le Tami4 en Israël. Le rayonnement UV vient détruire les acides nucléiques des micro-organismes.

Dans le cadre de l'étude, les chercheurs ont décidé de tester la longueur d'onde des rayons ultraviolets optimale pour éliminer le coronavirus, et ils ont constaté que l’efficacité de la destruction des germes était similaire entre 265 et 285 nanomètres. Dans les deux cas, il a fallu moins d'une demi-minute aux rayons ultraviolets pour tuer plus de 99,9% des germes du corona. Ceci est important car le coût des ampoules LED émettant une longueur d’onde de 285 nm est inférieur d’environ 30% à celui des ampoules LED de 265 nm, et elles sont également davantage disponibles sur le marché.

« Nous avons découvert qu'il était beaucoup plus simple que nous ne l’imaginions d’utiliser les ampoules LED à rayonnement ultraviolet pour désinfecter les surfaces et tuer le coronavirus », explique le Prof. Mamane. « Mais, ce qui est non moins important, nous avons obtenu ce résultat en utilisant les ampoules les moins chères, qui consomment peu d'énergie et ne contiennent pas de mercure comme les ampoules ordinaires. Notre étude a des implications commerciales et sociétales, étant donné la possibilité d’utiliser de telles ampoules LED dans tous les domaines de nos vies, rapidement et en toute sécurité ».

Une solution simple et bon marché

La technologie de nettoyage par ultraviolet pourrait ainsi, après les ajustements nécessaires, être installée plus facilement dans les systèmes robotiques ou de climatisation, les systèmes d'aspiration de la poussière et les systèmes d'eau, désinfectant ainsi efficacement de grandes surfaces et de grands espaces. Le Prof. Mamane estime que cette technologie pourra être disponible dans un avenir proche.

« Bien sûr, comme pour toutes les utilisations qui font appel aux rayons ultraviolet, il est important de comprendre qu’ils peuvent être dangereux pour les êtres humains et ne sont pas adaptés à la désinfection de surfaces ménagères. Il faut savoir comment programmer ces systèmes et comment travailler avec, sans être directement exposé aux rayons », précise-telle.

L'an dernier, une équipe de chercheurs dirigée par les Prof. Mamane et Gerchman a fait breveter une technologie combinant plusieurs fréquences de rayons UV, qui attaque la charge génétique et les protéines des bactéries et des virus de différentes parts, et ne leur permettent pas de récupérer. « Nous voulons tester ce système intégré de destruction des bactéries et des virus sur différentes surfaces, exposées à l'air ou dans l'eau ».

 

Photo: Le Prof. Hadas Mamane (Crédit: Université de Tel-Aviv)

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE

Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants
Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.
Pour les aider, contactez-nous : 
En France: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 70 18 07
En Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80

Important : Les articles publiés par l’Association française de l’Université de Tel-Aviv portent sur des recherches en cours. Sauf indication contraire, le chemin est encore long jusqu’au passage à l’industrie qui permettra de mettre les traitements à la portée du grand public.

Vous pouvez soutenir la recherche à l’Université de Tel-Aviv en vous adressant à nos bureaux à Paris : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  ou à Tel-Aviv : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.