Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


« Je ne vous aime plus » sur Facebook – une analyse des chercheurs de l’Université de Tel-Aviv pendant la guerre de Gaza

Selon une étude du Dr. Shira Dvir-Gvirsman du Département de communication de l’Université de Tel-Aviv, en collaboration avec le Dr. Nicholas John de l’Université hébraïque de Jérusalem, un cinquième des utilisateurs israéliens de Facebook ont supprimé un ou plusieurs amis de leur liste sur la base de leurs commentaires politiques pendant le conflit Israël-Gaza de 2014. Selon les chercheurs, ce phénomène de « unfriending » politiquement motivé est un nouveau genre de geste politique.

L’étude, intitulée « Je ne vous aime plus » a été publiée dans la revue Journal of communication.

AmisFBExaminant les résultats d’une enquête menée auprès de 1013 utilisateurs Israéliens juifs de Facebook pendant le conflit Israël-Gaza de 2014, et réalisée dix jours après le cessez-le-feu, les chercheurs ont constaté que 16% d’entre eux ont supprimé un ou plusieurs de leurs amis sur Facebook pendant les combats (une période de cinquante jours). Parmi eux, un tiers n’avaient jamais fait ce geste auparavant.

Les résultats suggèrent que ce phénomène de « suppression d’amis » (« le Facebook unfriending ») est plus fréquent, parmi les utilisateurs jeunes, ayant des positions plus extrêmes idéologiquement ou politiquement plus actifs. Il s’agit de personnes davantage présentes sur le réseau, ayant beaucoup d'amis Facebook, et donc influentes dans les discussions en ligne. Par ailleurs, les liens les plus susceptibles d’être rompus sont les liens les plus faibles, souvent nombreux sur les réseaux sociaux.

shiradvirSelon les chercheurs, les utilisateurs retirent de leur liste d’amis les personnes qui ont des vues politiques différentes des leurs, souvent suite à un poste dont ils ont pris ombrage. Bien nous soyons prêts à nous ouvrir aux opinions diverses auxquelles nous exposent les réseaux sociaux, les utilisateurs qui ont des opinions radicalement différente des nôtres sont davantage susceptibles d'être bloqués ou supprimé jusqu'à la fin du conflit.

Pour les chercheurs, il s’agit d’un nouveau genre de geste politique qui peut être conçu comme une pratique par laquelle les individus modèlent leur environnement politique au niveau le plus basique. Ce faisant, ils contribuent à la formation de « chambres de résonnance », et de « bulles de filtre », directement ou indirectement, par le biais de l’algorithme de Google qui présente aux utilisateurs les informations pertinentes pour lui en fonction de ses réactions - et qui font que les internautes restent dans une « sphère » reproduisant ses propres opinions et croyances.

Par le « nettoyage des voix disharmonieuses » sur les pages des utilisateurs individuels, la pratique de l’ « unfriending » contribue à la formation de « sphéricules » sur le réseau et a donc un impact sur le discours politique circulant sur Facebook.

j'aime: