Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


events

EVENEMENTS

Aucun événement

video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


L’UTA représentée au sommet des jeunes scientifiques de Singapour

Cinq jeunes chercheurs de l'Université de Tel-Aviv étaient  parmi les 300 participants sélectionnés pour participer au 3e Sommet mondial des jeunes scientifiques (GYSS@ One-North) qui s’est déroulé à Singapour, sous le parrainage de la Fondation nationale pour la Recherche de Singapour.

singaporescientists580 1Les participants ont pu y être en contact avec quelque 20 leaders scientifiques mondialement reconnus, y compris des lauréats du prix Nobel, du Prix Turing, du Prix Millennium Technology et de la médaille Fields. Au cours des cinq jours de conférences, tables rondes et séances de groupe ont été abordées les questions clés du domaine de la science, de la recherche et de l'innovation technologique. Les participants ont également assisté à des visites de sites technologiques clé de Singapour ainsi que d’institutions de recherche.

« Le sommet nous a fourni une vision élargie du concept de science et de recherche », a déclaré la doctorante Kathy Ouchakov du Département de génétique et de biochimie humaine moléculaire, dont le travail sur la perte d'audition génétique est supervisé par le vice-doyen de la Faculté de médecine, le Prof. Karen Avraham. « Il est particulièrement inspirant de venir en contact avec des scientifiques de niveau exceptionnel qui vous initient à la manière dont ils ont réalisés leurs propres découvertes »

La délégation de l’UTA comprenait également le doctorant Yarden Mazor, de  l'École de génie électrique, supervisé par le Prof. Ben Z. Steinberg, Ron Simkovitch, doctorant de l'Ecole de chimie, sous la supervision du Prof. Dan Huppert, le Dr. Reuven Eliran, qui fait son post-doctorat au Département de recherche sur les cellules et d'immunologie, sous la direction du Dr. Vered Padler-Karavani et le Dr. Lihi Adler-Abramovich, chef du Projet de recherche sur la nanoscience et la nanotechnologie du Département de microbiologie moléculaire et de biotechnologie, sous la direction de l'ancien vice-président de l’UTA pour la R & D Ehud Gazit.

Dans son allocution plénière, le Prof. Michael Levitt, lauréat du prix Nobel de chimie en 2013, s’est adressé à la jeune génération de scientifiques en ces termes : « Soyez passionnés. Faites quelque chose que vous aimez vraiment. Soyez persévérant et original. Le véritable critère d’évaluation d’un scientifique est son amour de la science ».

 

Sur la photo :

Quatre des cinq chercheurs de l’UTA sélectionnés pour participer au sommet: de gauche à droite : Kathy Ouchakov, Yarden Mazor, le Dr Lihi Adler-Abramovich et Ron Simkovitch. Photo: Michal Ben Ami

j'aime:

Malgré les appels au boycott : une Conférence internationale à l’Université de Tel-Aviv

Malgré les appels au boycott des institutions académiques israéliennes à travers le monde, le 21e congrès international de l'Association des jeunes historiens du droit se tiendra cette année à la Faculté de droit de l’Université de Tel-Aviv. 

BuchmanMalgré les appels au boycott des institutions académiques israéliennes à travers le monde, le 21e congrès international de l'Association des jeunes historiens du droit (AYLH) se déroulera du 1er au 3 mars à la Faculté de droit de l’Université de Tel-Aviv, sous le parrainage de l'Institut Berg pour le droit et l'histoire. C’est la première fois que le congrès de l'association se tient en dehors des limites géographiques de l'Europe. Israël a été choisi lors du congrès de l’an passé de l’Association, qui s’était déroulé à l’Université de Cambridge en Grande-Bretagne, malgré la concurrence du candidat principal, l’Université d’Edimbourg en Ecosse.

 La conférence, qui accueillera 70 jeunes chercheurs du monde entier, comprendra  17 sessions parallèles au cours desquelles seront présentées les nouvelles recherches en histoire des systèmes juridiques dans le monde, aussi bien dans les pays d'Europe occidentale et centrale, que de ceux du Moyen-Orient, d’Asie du Sud-Est (Inde, la Chine et Taïwan), les pays baltes, les pays de l’ancienne Yougoslavie etc.

Un point  de repère historique

L’Association des jeunes historiens du droit englobe des jeunes chercheurs du monde entier, doctorants, post-doctorants et chercheurs débutants, travaillant à l'interface entre l'histoire et le droit aux diverses époques et dans des espaces géographiques différents et variés. Elle tient un rôle prépondérant dans son domaine, et ses conférences annuelles, qui se déroulent chaque fois dans une université ou un institut de recherche différent dans le monde, attirent l'attention sur elle par la qualité de ses travaux et le niveau de ses participants, qui constituent le futur réservoir de spécialistes de ce domaine dans le monde.

Le choix de l'Université de Tel-Aviv comme destination du prochain congrès constitue un point de repère historique dans la pratique de l'Association qui en 20 années d'activités intenses et dynamiques, ne s’est jamais écartée du continent européen, et marque son désir d’élargir son centre d’intérêt à des arènes culturelles, politique et juridique non-européennes.

Selon le doctorant Omer Aloni, membre du comité organisateur de la Conférence, sa tenue à l'Université de Tel-Aviv constitue une réponse exceptionnelle aux inquiétants appels au boycott d’Israël et à son exclusion de la scène universitaire internationale qui gagne du terrain sur les campus occidentaux.

A ses yeux les jeunes chercheurs qui vont participer à la conférence, destinés à occuper dans un avenir proche des postes clés dans de grandes institutions universitaires en Europe et ailleurs, pourront servir d’ambassadeurs de l'expérience universitaire et sociale d’Israël et de ses perspectives. Les liens qui se créeront lors de cette 21e Conférence annuelle en Israël contribueront à renforcer à la fois le statut de l'Université de Tel-Aviv et celle du monde universitaire israélien en général comme centre international et interdisciplinaire de premier rang dans le monde.

j'aime:

La gastronomie française à l'Université de Tel-Aviv: conférence de Jean-Robert Pitte

A l’occasion de la Semaine de la Gastronomie française en Israël organisée par l’Ambassade de France et l’Institut français, l’Université de Tel-Aviv a reçu le 17 février le Prof. Jean-Robert Pitte, membre de l’Institut de France, Président de la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires et docteur honoris causa de l’Université pour une conférence sur l’admission par l’UNESCO du repas gastronomique français sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'humanité.

Pitte repas gastronomiqueLa conférence a été introduite par le Prof. Pierre Singer du Département de soins intensifs et de l’Institut de la nutrition de l’hôpital Belinson, et de la faculté de médecine de l’Université de Tel-Aviv.

Le Prof. Pitte a expliqué qu’il avait fallu trois années de travail à la Mission pour faire accepter en novembre 2010 par l’UNESCO le repas gastronomique comme faisant partie de la culture populaire, de l’identité et de l’art de vivre des Français.

Devant le public qui avait rempli l’auditorium Lion de la Faculté de Gestion Recanati, il a présenté les spécificités de la gastronomie et de l’art de la table des Français, dans un exposé riche en anecdotes. On a pu apprendre entre autre que le mariage des vins et des plats était une spécificité française, que l’introduction du fromage avant le dessert date ne remonte qu’au 19e siècle et que la France allait ouvrir quatre Cités de la gastronomie dans quatre villes : Dijon, Lyon, tours et Paris-Rungis. 

La conférence a été suivie d’un cocktail.

 

Voir la vidéo présentée à l'UNESCO:

http://www.unesco.org/archives/multimedia/keyframe.php?id_film=1662&keyframe=00001662.jpg&v=keyframe_advert

Photos: Michal Roche Ben-Ami

j'aime:

Le co-fondateur de Wikipedia parmi les lauréats du Prix Dan David 2015

Six lauréats se partageront trois prix d'un million de dollars, en récompense de leurs réalisations exceptionnelles et de leur contribution à l'humanité. 10% de la somme totale sera dédiée à 20 bourses pour de jeunes chercheurs.

dandavidLe Prof. Joseph Klafter, Président du Conseil de direction du Prix et président de l'Université de Tel-Aviv, et le Prof. Itamar Rabinovich, président de la Fondation Dan David, ont annoncés hier les noms des six lauréatsdu prestigieux prix international Dan David, qui sera remis pour la 14e année consécutive lors d'une cérémonie festive, le 17 mai 2015 à l'Université de Tel-Aviv.

Fruit de l'initiative de l'homme d'affaires et philanthrope international Dan David, décédé il y a plusieurs années, le prix est distribué chaque année dans les domaines des sciences, sciences humaines, arts, service public et monde des affaires, dans les trois dimensions du temps,  passé, présent et futur.

Dimension du passé : les historiens et leurs sources

Les lauréats du prix Dan David 2015 dans la catégorie de la restitution du passé sont le Prof. Peter Brown et le Prof. Alessandro Portelli. 

Le prix d’un million de dollars pour la dimension du présent, dans le domaine de la révolution de l’information a été attribué au co-fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales. Trois gagnants se partageront le prix pour la dimension du futur en bioinformatique : le Prof. Cyrus Chothia, le Prof. David Haussler et le Prof. Michael Waterman.

Peter Brownalessandro portelliLe Prof. Peter Brown est l’un des plus importants historiens sur l'Antiquité tardive. Ses travaux révolutionnaires ont bouleversé la façon dont nous percevons le changement social et culturel. Le Prof. Portelli est l’un des plus grands spécialistes de la tradition orale. Selon le jury du Prix, « ses recherches sur l’interaction entre mémoire personnelle et mémoire collective ont défié la manière dont nous concevons la restitution du passé ».

Dimension du présent: la révolution de l'information

Jimmy Wales Wikipedia

Jimmy Wales est co-fondateur de Wikipédia, la plus grande encyclopédie en ligne du monde, qui fournit un contenu gratuit basé sur la coopération entre les internautes. Sa vision déclarée en fondant Wikipédia était « de créer un monde dans lequel chaque personne de la planète ait librement accès à toute la somme de la connaissance humaine ».

Dimension du futur: la bioinformatique

Cyrus Chothia-150x105Le Prof. Chothia, « pionnier de la compréhension des relations entre la séquence, la structure, la fonction et l'activité des protéines », a découvert l'existence de sous-unités structurelles récurrentes, grâce auxquelles il est possible de prévoir à la fois la structure d’une protéine et son action.

David HausslerLe Prof. David Haussler est l'acteur principal de la construction de la première ébauche de la séquence du génome humain et un pionnier de l'intégration des méthodes mathématiques à la recherche bioinformatique. Le Prof. Haussler est à l’origine de l'élaboration d'outils de calcul utilisés dans le monde entier pour interpréter les séquences génomiques.

michael watermanLe Prof. Michael Waterman a apporté une contribution approfondie à l'analyse des séquences d'ADN, d'ARN et des protéines. Il a développé un algorithme permettant de cartographier le génome humain. Le Prof. Waterman a eu un rôle majeur dans la transformation de la bioinformatique en un domaine de recherche scientifique et dans la formation de la communauté scientifique dans ce domaine.

 

Comme chaque année, les gagnants consacreront 10% du montant de leur prix à l’attribution de 20 bourses destinées à de jeunes chercheurs au niveau doctorat et post-doctorat en Israël et dans le monde.

 

Parmi les lauréats précédents du prix on compte le violoncelliste Yo Yo Ma (2006), le chef d'orchestre Zubin Mehta (2007), l'écrivain Amos Oz (2008), l'ancien vice-président américain et lauréat du prix Nobel de la paix Al Gore (2008), l'ancien Premier ministre ministre britannique Tony Blair (2009), co-découvreur du virus du sida, le Prof. Robert Gallo (2009), l'auteure Margaret Atwood (2010), les frères cinéastes Ethan et Joel Coen (2011), l'artiste William Kentridge (2012), le  philosophe Leon Wieseltier (2013) et la neuropsychologue Prof. Brenda Milner (2014).

j'aime:

Don d’équipement d’une valeur de 5 millions de shekels d’Intel à l’UTA

La société Intel Israël, géant du monde du high-tech, a fait don d’un équipement scientifique sophistiqué d’une valeur de 5 millions de shekels à la Faculté d’ingénierie de l’Université de Tel-Aviv, mettant en relief le lien essentiel entre le monde universitaire et l'industrie.

intel-580 1« Poursuivez vos études ». Telle est la réponse apportée par le PDG d’Intel Israël et vice-présidente d’Intel international Maxine Fassberg à la question que se posent de nombreux étudiants : « Faut-il continuer vers un diplôme de cycle supérieur ou s’insérer dans le monde du travail et reprendre ses études ultérieurement ? », lors de la soirée organisée à l'Université de Tel-Aviv en hommage à la compagnie Intel. « Nous sommes intéressés par des travailleurs possédant une formation universitaire poussée », a-t-elle déclaré.

 

Encourager l'esprit d'entreprise et l'innovation

La soirée était organisée à l’occasion d’un généreux don de matériel scientifique sophistiqué de la société Intel Israël à la Faculté d’ingénierie et au Centre de nanoscience et nanotechnologie de l’UTA. Le Président de l'Université, le prof. Joseph Klafter, a chaleureusement remercié la société Intel et sa présidente, insistant sur : « le lien fructueux entre l’université et l’industrie, moyen privilégié d’encourager l'esprit d'entreprise et l'innovation ». « Cet équipement de grande valeur fournira une aide précieuse aux chercheurs récemment absorbés par l’université et leur permettra de mener des recherches scientifiques de haut niveau » a-t-il ajouté.

MaxineFassberg, lauréate du Prix d’économie Hugo Ramniceanu pour l’année 2002, a insisté pour sa part sur l’importance de la poursuite du lien entre Intel et l’Université de Tel-Aviv, « vivier de personnes talentueuses qui finissent par atterrir chez nous » a-t-elle souligné. « Nous avons un intérêt évident dans la promotion des études supérieures en mathématiques, science et technologie, du baccalauréat scientifique jusqu’aux études d’ingénierie à l'université. Malheureusement, le pourcentage d’élèves qui passe aujourd’hui un tel bac n’est que d’environ 6%. Et il est encore plus triste de constater que seulement 2% d'entre eux sont des femmes ».  

 

Améliorer notre adéquation au monde de l’industrie

Le Prof. David Mendelowitz, directeur du nouveau Centre pour l'innovation et l'entrepreneuriat de l'Université, a également mis l’accent sur le rôle de la relation avec l'industrie comme l'un des principaux moteurs de croissance de l’université. « Nous devons améliorer notre adéquation au monde de l'industrie», a-t-il souligné. « Il faut encourager les chercheurs de l'Université à approfondir les questions importantes pour le développement de l'industrie mondiale, de sorte que nous puissions produire de véritables révolutions. La Faculté d’ingénierie a identifié ce besoin depuis plus de deux ans, et a créé l'organisation des Amis de l’Industrie dont la société Intel a été l'un des premiers adhérents ».

Mendelovich a ajouté que la coopération entre Intel et l’Université est très large et comprend des projets conjoints de recherche, de recrutement, des cours, et des compétitions organisées par Intel, « et bien sûr cette dernière contribution qui représente pour nous une mise à niveau spectaculaire de nos capacités de recherche dans le domaine de la microscopie. Le fait que nous ayons réussi à unir nos forces dans des activités conjointes si variées montre les avantages mutuels que les deux parties peuvent tirer de ces liens. Si vous considérez que 90 pour cent de nos diplômés se retrouveront dans l'industrie, il est clair que cette coopération n’est pas seulement un remarquable outil de recherche, mais elle fait également partie de l’éducation que nous devons donner à nos étudiants. Là aussi, la société Intel constitue un partenaire pour la formation de la prochaine génération d'ingénieurs ».

 

Sur la photo, de gauche à droite: Amos Elad, Vice-président de l’UTA chargé du développement des ressources, le Prof. Klafter - Président de l'Université, Mme Maxine Fassberg, PDG d’Intel Israël, et le prof. Yossi Rosenwaks, Doyen de la Faculté d’ingénierie. 

j'aime: