Robert De Niro lors d'un webinaire pour l'Université de Tel-Aviv : « Restez authentiques et fidèles à vous-mêmes »

Robert De Niro a participé jeudi 9 juillet 2020 à un captivant webinaire organisé pour l’Université de Tel-Aviv, à l’initiative de l’Association des amis francophones de l’université et de sa directrice Agnès Goldman, au cours duquel il a répondu avec chaleur et sincérité aux questions d’Ido Aharoni et du public, composé de centaines d’étudiants de l'École de cinéma, ainsi que de gouverneurs et des Associations d’amis de l’université du monde entier.

De NiroCe webinaire s‘intègre dans une série d'entretiens en direct avec des personnalités prééminentes du monde du cinéma et de la télévision. Au cours de la conversation, qui faisait suite à l'interview du mois dernier avec Michael Douglas, De Niro a captivé son public pendant près d’une heure avec des anecdotes sur le tournage de certains de ses films et la manière dont ils ont vu le jour, et sur les années de travail et de planification nécessaires pour la réalisation d’un film à succès.

Depuis l'âge de 10 ans

« C’est un plaisir et un honneur absolus de vous accueillir dans le cadre d’un évènement de notre université », a déclaré Ido Aharoni, lui-même diplômé de l’UTA, ancien Consul général d’Israël à New-York et actuellement professeur de relations internationales à NYU qui a invité De Niro à venir visiter l’Ecole de Film et Télévision Steve Tisch de l’UTA dès que cela redeviendra possible. Première école de cinéma du pays, celle-ci est classée parmi les 15 meilleures du monde par le Hollywood Reporter. Soutenue par le célèbre producteur et homme d’affaires américain dont elle porte le nom, l’Ecole fournit à l’industrie israélienne du cinéma et de la télévision près de 80% de l’ensemble de ses réalisateurs, metteurs en scène, scénaristes, producteurs et techniciens. Les films de ses étudiants participent chaque année à des dizaines de festivals internationaux, comme par exemple celui de Shay Lee Atary, qui vient d’être sélectionné pour le Festival de Cannes. En conclusion de cette introduction Ido Aharoni a interviewé birèvement Alma Hemo, étudiante de l’Ecole qui a présenté son film de fin d’études, portant sur un groupe de femmes dans la banlieue religieuse de Bnei Brak.

Il présente ensuite l’impressionnante carrière de Robert De Niro, qui compte une riche filmographie incluant de grands succès internationaux, de Taxi Driver à The Irishman, en passant par Le Parrain 2, Raging Bull, et Les Incorruptibles. Lauréat de deux oscars et de deux Golden Globes, il est également producteur et réalisateur de nombreuses œuvres cinématographiques et télévisées.

De Niro raconte avoir voulu être acteur depuis l’âge de dix ans. A 16 ans, il prend des cours au conservatoire Stella Adler, puis à l’Actors Studio, et obtient son premier rôle dans The Wedding Party à l’âge de 20 ans. Interrogé sur le processus par lequel il sélectionne les différents rôles qu’il incarne et s’y prépare, il explique que certains rôles lui ont offert une certaine flexibilité et lui ont permis une contribution plus personnelle. « Il y a une grande différence entre la manière dont vous le faites selon votre âge et votre statut d’acteur. Comme jeune acteur, je me souviens que je faisais mes choix en fonction de ce que je pensais que le réalisateur recherchait et souhaitait, en m’adaptant à ses demandes. Mais dans les films que j'ai tournés avec Scorsese, par exemple (et il y en a eu beaucoup), c'était un long processus commun. Scorsese guide ses acteurs vers ce qui deviendra le produit final ».

De Niro Aharoni

De Niro ajoute encore qu’il est plus facile pour lui de jouer un personnage plus âgé qu'un jeune, « surtout maintenant à mon âge, et surtout sur le plan physique. Dans le film The Irishman nous avions un entraîneur dont le travail consistait à nous rappeler que nous incarnions des personnages jeunes, et laissez-moi vous dire qu’il y a une grande différence entre monter et descendre un escalier comme une personne jeune ou comme une personne âgée. Quand vous êtes jeune, vous n'avez aucun problème à "jouer" vieux, mais quand vous êtes vieux, cela ne fonctionne pas de cette façon ».

Il reconnait également avoir plus de facilité à incarner des rôles drôles : « Vous savez comme moi qu'être drôle est un travail très difficile. Mais oui, les rôles comiques sont plus faciles pour moi. Bien sûr, il y a une limite à ce que je peux faire dans une comédie, parce que cela doit se faire naturellement et honnêtement. Dès que votre spectateur sent que vous vous efforcez d'être drôle, ce n'est déjà plus drôle ». De Niro révèle qu’il travaille actuellement sur un nouveau projet avec Martin Scorsese et Leonardo De Caprio, initialement prévu pour 2021.

Interrogé sur la manière dont il a fait face à la crise du covid19, De Niro ne cache pas son inquiétude sur les effets du virus sur l'industrie cinématographique : « C'est une situation terrible pour nous tous. Cela n'aurait pas dû se passer comme ça. La crise aurait pu être minimisée ou peut-être même évitée », a-t-il déclaré. « Nous payons à présent le prix et nous mourons à cause de cela. Le 11 septembre a été une catastrophe horrible qui a tué des milliers d’Américains, mais celle-ci va être encore pire ».

« Ne devenez jamais un cliché »

Interrogé sur le rôle positif ou négatif des plateformes de streaming sur le cinéma tel que nous le connaissons, De Niro est hésitant quant à l’avenir de l'industrie, en particulier compte tenu de la situation actuelle de confinement et de distanciation sociale. « Le streaming est bon parce qu’il permet de raconter une histoire d’une manière beaucoup plus longue et détaillée. Il faudra toujours qu’il existe des salles de cinéma. Vous voulez regarder un film avec un public, pas seulement à la maison, et je le fais parfois, surtout les comédies ou tout film qui contient quelque chose de spécial ». Il est reconnaissant à Netflix d'avoir financé son dernier film, d'abord projeté dans les salles pendant quelques semaines, puis diffusé sur la plateforme, donnant aux téléspectateurs le choix de l'endroit où ils veulent le visionner. « Mais je ne sais pas ce vers quoi nous allons, conclue-t-il, en particulier avec ce covid19, qui a suspendu les tournages ».

De Niro a raconté son premier voyage en Israël il y a environ 40 ans, au cours duquel il a rencontré Moshe Dayan et Ezer Weizman et a contracté des amitiés qui se poursuivent jusqu'à aujourd'hui. Sa dernière visite a eu lieu en 2013 à l’occasion du 90e anniversaire du Président Shimon Peres. Il s'était alors rendu en Israël avec l'un de ses enfants, et décrit Peres comme « Une personne d’une grande valeur et un grand homme d'État ».

Son conseil pour les étudiants : « Suivez votre instinct, ce que vous sentez vraiment. Gardez votre propre voix, restez authentiques et fidèles à vous-même le plus possible, surtout comme scénariste et comme producteur. Comme acteur, personnalisez votre performance, en fonction de ce qui vous est demandé, et ne devenez jamais un cliché ». Un conseil qu’il a lui-même suivi et qui l’a peut-être conduit à l’énorme succès que nous lui connaissons.

 

Sur les photos:

1. L'acteur Robert de Niro pendant le webinaire (Crédit: Université de Tel-Aviv)

2. De gauche à droite: Ido Aharoni et Robert de Niro Pendant l'interview (Crédit: Universisté de Tel-Aviv).

 

FONDS DE SOUTIEN D’URGENCE


Créé par l'Université de Tel-Aviv pour ses étudiants

Touchés de plein fouet par la crise économique due au Covid19, des milliers d’étudiants ont perdu leur emploi et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins.

Pour les aider, contactez-nous : 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 01 40 18 07 ou en Israël : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. Tél. : 03 640 67 80