Slide background
Slide background
Slide background

nov1

A LA UNE

Les dernières nouvelles de l'Université de Tel-Aviv


video

VIDEOS

vid1

semel uni2

SOUTENIR L’UNIVERSITÉ

Soutenez la recherche et les étudiants


Le Musée Steinhardt d'Histoire Naturelle de l'Université de Tel-Aviv, premier centre de recherche sur la biodiversité au Moyen-Orient

Centre mondialement reconnu de recherche en taxonomie (identification, classification et nomination des espèces et des organismes vivants), le Musée Steinhardt d'Histoire naturelle, Centre national d'Israël de recherche sur la Biodiversité, ouvrira ses portes au public en janvier 2017 sur le campus de l'Université de Tel-Aviv, avec pour mission de former la prochaine génération d'experts sur la faune et la flore d'Israël et du Moyen-Orient. D'une superficie de 9 620 mètres carrés, le Centre attend 100 000 visiteurs par an.

MuseeSteindhartDiving"La recherche taxonomique est la clé de la préservation des écosystèmes essentiels aux sociétés humaines", explique le Prof. Tamar Dayan, directrice du musée. " Elle est également importante pour l'agriculture, la santé, la biotechnologie et la sécurité. Le travail de taxonomie entrepris au Musée est crucial pour la recherche fondamentale et appliquée sur tous les organismes vivants. Nommer c'est connaitre, ou comme l'a dit Carl von Linné, père de la nomenclature, 'La connaissance des choses périt par l'ignorance du nom".

Promouvoir la paix par le dialogue scientifique

Parmi les 25 taxonomistes du Musée Steinhardt, le Dr. Noa Shenkar s'est  taillé une place parmi les sommités du monde dans le domaine de la taxonomie des ascidies, créatures marines qui s'accrochent aux surfaces dures au fond de l'océan. Ses classifications des ascidies de la Méditerranée et de la Mer Rouge sont considérées aujourd'hui comme définitives.

MuseeSteindhartNoaFormée à l'Université de Tel-Aviv, le Dr. Shenkar, 38 ans, a fait son post-doctorat à l'Université de Washington à Seattle. Fascinée par les ascidies, invertébrés aussi connus sous le surnom de "seringues de mer" qui assurent leur nutrition en filtrant l'eau, elle passe autant de temps qu'elle peut sous l'eau. "Les ascidies se nourrissent de minuscules particules marines, ce qui en fait un maillon important de la chaîne alimentaire», explique-t-elle. "elles sont également révélatrices de l'état de l'environnement marin."

Le Dr. Shenkar est régulièrement sollicitée par des biologistes marins de tout le Moyen-Orient, y compris des Etats du Golfe et l'Iran. Elle a récemment accueilli dans son laboratoire une chercheuse turque, le Dr. Sinem Aydin de l'Institut des sciences et technologies marines de l'Université Dokuz Eylul à Izmir, s'intéressant à l'utilisation des ascidies comme indicateurs biologiques pour la surveillance de la pollution par les métaux lourds dans les eaux de la mer Égée orientale.

«Je suis venueMuseeSteindhartSinem en Israël parce que le Dr. Shenkar est un expert dans ce domaine de recherche" a dit le Dr. Aydin. "Elle m'a procuré une formation de base dans la taxonomie des ascidies et m'a aidé à améliorer mes compétences pour leur identification précise. Il n'existe pas d'expert dans ce domaine en Turquie donc mon expérience à l'Université de Tel Aviv est donc essentielle pour combler ce déficit".

Pour le Dr. Shenkar, la coopération avec sa collègue turque représente un moyen de promouvoir la paix dans la région. "je ne peux bien sûr je ne peux pas parvenir à un tel résultat par moi-même" dit-elle, " mais le dialogue scientifique est un pas dans la bonne direction".

Un trésor national inestimable

MuseeSteindhartAscidieLe Musée Steinhardt d'Histoire Naturelle, et Centre national d'Israël pour les études de la biodiversité, est un trésor national inestimable renfermant environ 5 millions de spécimens d'animaux et de plantes qui racontent l'histoire de la biodiversité au Moyen-Orient au cours du siècle passé et celle de l'humanité à travers des millénaires. Parmi les spécimens sont présentés le dernier guépard du Moyen-Orient, les premiers humains modernes hors de l'Afrique, les derniers léopards de Galilée et des montagnes de Judée, et des vestiges des premières communautés agricoles du Moyen-Orient.

Le Musée, dont l'ouverture au public est prévue en janvier 2017, est reconnu comme infrastructure nationale de recherche sous les auspices de l'Académie nationale israélienne des Sciences, et est associé bénéficie d'une association avec  la Faculté des Sciences de la vie, la Faculté de Médecine, et la Faculté des Sciences humaines. Il regroupe  80 spécialistes et ses principaux objectifs sont l'enregistrement de la biodiversité, la recherche scientifique, la formation professionnelle et la l'organisation de programmes de sensibilisation du public. Les études du Centre servent de point d'appui aux décisions nationales dans un grand nombre de domaines, y compris l'agriculture, la gestion des zones humides, l'exploitation des ressources marines, la santé, la préservation des paysages et de la lutte biologique contre les parasites.

musse dhistoire nat5Le nouveau bâtiment, qui  englobera  9 620 mètres carrés, est prévu pour accueillir 100 000 visiteurs par an. Il comprendra entre autre l'Arche, un espace d'exposition évoquant l'Arche de Noé qui présentera  aux visiteurs aperçu parmi les millions de spécimens fascinants de la collection du Musée, l'aile du monde de la connaissances, espace réservé à la sensibilisation et aux programmes d'enrichissement destiné à ouvrir le monde de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique aux jeunes de tous les milieux, ainsi qu'à la formation de gardes forestiers et de guides de la nature.

MuseeSteindhardtMichaelSteinhardtLe nouveau bâtiment du Musée est réalisé grâce à la vision et la générosité de Michael Steinhardt, un des principaux donateurs de l'Université de Tel-Aviv, Docteur honoris causa de l'UTA, ancien président du Conseil des gouverneurs, et de sa femme, Judy. Les activités et le processus de construction du Musée sont également soutenus par le Comité de planification et de budgétisation du Conseil israélien de l'enseignement supérieur, les divers ministères gouvernementaux, le F.N.J. et des donateurs et fondations privés.